Plan – London Marathon

Entrainements

Quelle aventure un marathon.

Et quel marathon magnifique qu’est celui de Londres.

Mais, disons les choses, j’ai souffert dans les rues de Londres. Bien plus que prévu. La chaleur londonienne m’a malheureusement asphyxié d’entrée de jeu, c’est aussi simple que ça. J’ai fait illusion pendant 23 bornes (mes temps de passage sont plus bas) et ensuite ce fut un savant mélange de « jog – walk » pour rallier l’incroyable ligne d’arrivée sur le Mall, devant Buckingham Palace. Un très gros coup de chaud en somme.

Cette joie d’avoir réussi à finir. On s’accroche à peu de chose quand le moteur n’a plus d’essence. Disons que l’ambiance incroyable du marathon de Londres – qui est unique au monde je crois – m’a beaucoup aidé à finir. J’en ai encore des frissons et j’en ai des souvenirs pour la vie.

Cependant, j’aime la course à pied dans son ensemble. J’accepte donc de m’entrainer d’arrache pied pendant dix semaines (voir programme plus bas) pour vivre une course bien loin du scenario que j’avais écrit dans ma tête.

Mais, croyez-moi, il y a tout de même un peu de frustration à l’arrivée. Au vu de mes séances, je pense que j’avais un super chrono dans les jambes, surement mieux que mes 2h52 réalisés à Berlin en 2015. Il y en aura d’autres, bien entendu, mais ça serait un mensonge de dire que je me satisfais de ma course. Le chrono n’est pas si mauvais au final au vu des conditions de course (voir plus bas), mais ma gestion a été particulièrement mauvaise. J’aurai dû être plus intelligent et partir sur des bases moins aggressive pour survivre au marathon de Londres le plus chaud de l’histoire. J’aurai dû mettre le chrono de côté, pour courir à la sensation.

Enfin, vous connaissez l’adage, on ne perd jamais. Soit on gagne, soit on apprend.

Publicités

Jamais deux sans trois

Genève 2017

Mon année sportive 2017 a été marquée par trois tentatives de battre mon RP sur semi-marathon (77’56, Paris 2016). C’est l’année où j’ai couru le plus de semis. J’ai pris le départ des 21.1km de Barcelone en février, de Cambridge en mars et donc de Genève en mai.

Après avoir « échoué » en Espagne (1h20) et en Angleterre (1h19), ma dernière tentative du printemps s’est donc déroulée en Suisse, ma nouvelle terre d’expatriation.

La Traversée II

Wicklow Way

Comme l’année passée, j’ai fini l’année 2017 par une longue balade vallonnée, entre potes. Une traversée, d’un point A à un point B. En 2016, Eric et moi étions parti à la découverte du Fell Running au cœur de Lake District, au Nord de l’Angleterre. Cette année, nous avons embarqué un troisième luron dans l’aventure, P-A, pour une balade de deux jours dans les Wicklow Mountains, au Sud de Dublin en Irlande.

Alors cette année le projet était de courir la Wicklow Way, qui part de la petite bourgade de Clonegal jusqu’à Marley Park, au Sud de Dublin. Pour les chiffres, on parle de 130km environ pour 3500m de dénivelé positif environ aussi.

Tapas, Sangria et Semi

BARCELONE, LA SORTIE LONGUE

Il y a tout juste deux semaines, j’ai couru avec mes potes le semi-marathon de Barcelone. Je voulais prendre le temps d’écrire sur ce weekend espagnol mais pour dire vrai, j’ai de plus en plus de mal à trouver du temps pour écrire.

/

Je vais continuer à faire vivre mon blog, aussi longtemps que possible, car c’est aussi et surtout un carnet de route pour moi qui me permet de construire mes plans d’entrainements, d’analyser mes erreurs et de me remémorer des bons souvenirs.

/